• Partenaires de votre réussite depuis 1985

    Partenaires de votre réussite depuis 1985

  • 30 bureaux en Alsace, Franche-Comté et en Ile-de-France

    30 bureaux en Alsace, Franche-Comté et en Ile-de-France

  • 300 collaborateurs à votre service !

    300 collaborateurs à votre service !

  • Plus de 7000 clients nous font confiance...

    Plus de 7000 clients nous font confiance...

  • Membre officiel du réseau international GGI

    Membre officiel du réseau international GGI

La réforme du Code du travail



Les cinq ordonnances réformant le Code du travail sont parues au Journal officiel du 23 septembre. Ces textes aménagent, entre autres, la négociation collective, le licenciement, les indemnités prud’homales et le compte pénibilité. Si certaines mesures sont applicables immédiatement, d’autres n’entreront en vigueur que lorsque les décrets précisant leurs modalités d’application auront été publiés. Des textes qui devraient paraître d’ici à fin décembre.

LA NÉGOCIATION COLLECTIVE LA PRIMAUTÉ DES ACCORDS D’ENTREPRISE

L’articulation entre les accords de branche et les accords d’entreprise est revue afin d’étendre les domaines dans lesquels les accordsconclus au niveau de l’entreprise priment sur les conventions collectives, même s’ils sont moins favorables aux salariés. Concrètement, trois blocs de sujets sont ainsi distingués : - les sujets pour lesquels l’accord de branche s’impose obligatoirement. Dans ce cas, les accords d’entreprise, quelle que soit leur date de conclusion, ne s’appliquent que s’ils prévoient des garanties au moins équivalentes pour les salariés. Sont concernés les salaires minima hiérarchiques, les classifications, l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, les conditions et durées de renouvellement de la période d’essai, la durée minimale du travail à temps partiel et le taux de majoration des heures complémentaires, les contrats de chantier, certaines règles relatives aux contrats à durée déterminée et aux contrats de travail temporaire ou encore les garanties collectives complémentaires ; - les sujets pour lesquels l’accord de branche peut prévoir qu’il s’impose (prévention des risques professionnels, insertion professionnelle et maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés, primes pour travaux dangereux ou insalubres…). Ici aussi, en cas d'accord de branche prévoyant qu'il s'impose, les accords d’entreprise conclus postérieurement ne s’appliquent que s’ils prévoient des garanties au moins équivalentes; - enfin, les sujets pour lesquels les accords d’entreprise, conclus avant ou après l’entrée en vigueur de l’accord de branche, priment sur celui-ci même s’ils sont moins favorables pour les salariés. Il s’agit de tous les sujets qui ne sont pas listés dans les deux blocs décrits ci-dessus : temps de travail, heures supplémentaires, congés, jours fériés, primes, etc. Une primauté qui entrera en vigueur au 1er janvier 2018. Sachant que s’il n’y a pas d’accord d’entreprise,c’est évidemment l’accord de branche qui s’applique.

UNE CONSULTATION À L’INITIATIVE DE L’EMPLOYEUR
Dans les entreprises de moins de 11 salariés dépourvues de délégué syndical, l’employeur pourra proposer aux salariés un projet d’accord portant sur n’importe quel thème susceptible de faire l’objet d’une négociation collective au niveau de l’entreprise. Il devra transmettre ce projet de texte à chaque salarié puis, après l’expiration d’un délai d’au moins 15 jours,organiser une consultation du personnel. Pour être applicable, cet accord devra être adopté par les 2/3 des salariés. Cette possibilité sera ouverte à l’employeur après la publication d’un décret d’application.

LE LICENCIEMENT L’INDEMNITÉ LÉGALE DE LICENCIEMENT
Sauf faute grave, les salariés dont le licenciement est prononcé depuis le 24 septembre 2017 ont droit à l’indemnité légale de licenciement dès lors qu’ils ont au moins 8 mois d’ancienneté ininterrompus dans l’entreprise. Cette durée était jusqu’alors fixée à un an. De plus, le montant de l’indemnité légale due au titre des 10 premières années d’ancienneté est relevé de 25 %. Il passe, en effet, de 1/5 à 1/4 de mois de salaire par année d’ancienneté. Ainsi, par exemple, un salarié cumulant 10 ans d’ancienneté et percevant un salaire mensuel de 2 000 € toucherait une indemnité de 5 000 €, au lieu de 4 000 € auparavant. Cette augmentation concerne les licenciements prononcés à partir du 27 septembre 2017.

TRANSMISSION DU CDD
L’employeur qui recrute un salarié en contrat à durée déterminée (CDD) doit lui remettre son contrat dans les 2 jours ouvrables suivant l’embauche. À défaut, le CDD pouvait, jusqu’alors, être requalifié par les tribunaux en contrat à durée indéterminée. nDésormais, cette défaillance ne peut être sanctionnée que par le versement d’une indemnité maximale d’un mois de salaire.

LE CONTRAT DE GÉNÉRATION DISPARAÎT
L’employeur qui, dans le cadre d’un contrat de génération, embauchait un jeune de moins de 26 ans en CDI tout en recrutant ou en maintenant dans son emploi un salarié senior avait droit à une aide financière de quelques milliers d’euros allouée sur une durée maximale de 3 ans. Le contrat de génération a été supprimé, mais les aides financières demandées avant le 23 septembre 2017 seront intégralement versées.

Imprimer un document à partir de son smartphone



Présentation des solutions disponibles pour parvenir à imprimer via un smartphone.

Le smartphone est aujourd’hui l’un des principaux outils de travail de nombreux professionnels. Il permet notamment, outre téléphoner et surfer sur Internet, d’envoyer, de recevoir etmême de partager des documents. Et contrairement à ce que beaucoup pensent, il peut également être utilisé pour lancer directement une impression, en particulier en wi-fi. Explications.

UNE IMPRIMANTE WI-FI
Pour imprimer un document présent sur un smartphone sans passer par un ordinateur, il faut avant tout disposer d’une imprimante wi-fi. C’est via ce réseau (et non par l’intermédiaire d’un câble, même si dans certains cas cela reste possible) que le smartphone sera relié à l’imprimante. Pour y parvenir, les utilisateurs d’un iPhone devront d’abord vérifier que leur imprimante est bien compatible avec « AirPrint », le protocole de transfert d’Apple. Il faut ici savoir que les imprimantes wi-fi les plus récentes (y compris les moins chères) sont compatibles AirPrint. Ensuite, il leur faudra ouvrir sur leur smartphone le document qu’ils souhaitent imprimer, et effectuer une pression sur l’icône de partage puis sur l’icône d’impression pour sélectionner l’imprimante. Une fois cette dernière reconnue par le smartphone, ils n’auront plus qu’à appuyer sur le bouton « imprimer ».

ET ANDROID ?
Pour les smartphones Android, la situation est un peu différente. À défaut d’un système unique, il faudra se rabattre sur une application qui jouera le rôle du pilote de l’imprimante wi-fi. Téléchargeables sur la plate-forme Play, certaines de ces applications, comme « Happy2Print », sont multisystèmes, alors que d’autres sont dédiées à une seule marque. Une fois installée sur le smartphone, l’application permettra de reconnaître l’imprimante, puis de lancer l’impression en partant du document ou des fonctions de l’application.

Google Cloud Print
Google Cloud Print permet aussi d’imprimer à partir d’un smartphone. Concrètement, l’utilisateur doit disposer d’un compte sur Google, d’une imprimante compatiblewi-fi, du navigateur Chrome et de l’application Google Cloud Print (librement téléchargeable sur Play) installée sur son smartphone. Une fois lancée, l’impression part dans le « cloud », puis est dirigée vers une imprimante (à proximité ou située dans un autre lieu) connectée à Internet par le réseau wi-fi.

IMPRIMER VIA LE NFC
De plus en plus d’imprimantes sont équipées d’une puce NFC (communication à courte distance). Pour établir une communication entre les deux appareils, il suffit alors d’approcher le smartphone à moins de 10 cm de l’imprimante.
Haut de page