• Partenaires de votre réussite depuis 1985

    Partenaires de votre réussite depuis 1985

  • 30 bureaux en Alsace, Franche-Comté et en Ile-de-France

    30 bureaux en Alsace, Franche-Comté et en Ile-de-France

  • 300 collaborateurs à votre service !

    300 collaborateurs à votre service !

  • Plus de 7000 clients nous font confiance...

    Plus de 7000 clients nous font confiance...

  • Membre officiel du réseau international GGI

    Membre officiel du réseau international GGI

Attention aux dangers des WIFI publics !


Très souvent utilisés par les professionnels nomades, les wi-fi publics n’offrent pas toujours la garantie de naviguer en toute sécurité. Dans les gares, les aéroports ou encore les restaurants, il est possible de se connecter à des réseaux wi-fi publics. Un accès très pratique que n’hésitent pas à utiliser les Français, particuliers comme professionnels, pour naviguer sur Internet, gérer leurs courriels, voire se connecter aux serveurs de l’entreprise.

DES RISQUES DE PIRATAGE
Sans tomber dans la paranoïa, il est conseillé de se méfier d’un wifi public. Pourquoi ? D’abord parce que l’on ignore si le réseau sur lequel on va se connecter est bien celui administré par les responsables du lieu dans lequel on se trouve (surtout si l’ordinateur ou le smartphone est paramétré pour se connecter automatiquement sur le wi-fi le plus proche). Ensuite, parce qu’il est difficile de savoir si le réseau offre un niveau de sécurité satisfaisant. Enfin, étant donné qu’il est accessible à un très grand nombre de personnes, il devient plus vulnérable aux attaques qu’un réseau d’entreprise.

LA CONDUITE À TENIR
Pour limiter les risques de piratage lors d’une connexion à un wi-fi public, quatre points de vigilance doivent être observés, ainsi que le rappelle la Cnil dans une fiche dédiée :
- pour éviter de se connecter sur un « faux wi-fi », il est conseillé de se faire confirmer par le commerçant ou un employé de la gare le nom de leur réseau wi-fi lorsque plusieurs réseaux publics sont disponibles ;
- lorsqu’en contrepartie d’un accès « gratuit », des données personnelles sont réclamées, il est recommandé de ne pas se connecter ou au moins de ne pas cocher la case « communiquer mes données à des tiers » ;
- dans tous les cas, il faut éviter d’échanger ou de travailler sur des données sensibles (personnelles ou professionnelles) lorsque l’on utilise un wi-fi public;
- enfin, il faut désactiver la fonction qui permet à sa machine de se connecter automatiquement au wi-fi le plus proche ou le plus puissant.

Une méconnaissance des risques
Selon une récente enquête de l’éditeur Norton, neuf Français sur dix ont recours aux wi-fi publics. 69 % d’entre eux étant persuadés que cet usage ne fait peser aucun risque sur leurs données. Et lorsqu’ils connaissent le risque, ils sont encore 16 % à les utiliser malgré tout. Plus globalement, 43 % des personnes interrogéesavouent être incapables de résister à la tentation de se connecter.

Prélèvement à la source : où en est-on ?


Le dispositif du prélèvement à la source devrait faire l’objet de quelques ajustements. Destiné à moderniser le recouvrement de l’impôt sur le revenu sans en modifier les règles de calcul, le système du prélèvement à la source entrera en vigueur le 1er janvier 2019. Un report d’un an qui va permettre aux pouvoirs publics de peaufiner le dispositif et de mieux accompagner les contribuables et les entreprises.

DES CONTRIBUABLES MIEUX INFORMÉS
Les contribuables prendront connaissance pour la première fois
de leur taux de prélèvement (applicable dès janvier 2019) lors de la souscription en ligne de leur déclaration de revenus, au printemps 2018. Une information qui ne sera donnée aux déclarants sur papier que dans leur avis d’imposition envoyé durant l’été 2018.
Les contribuables pourront aussi se familiariser avec les nouvelles modalités d’imposition grâce à une simulation (tenant compte, le cas échéant, de leur taux personnalisé ou du taux neutre) opérée sur les derniers salaires de 2018. Ils pourront alors connaître le montant qui serait prélevé sur leurs revenus si la réforme était déjà mise en place. À noter que dans les premiers temps, l’administration fiscale devrait faire preuve de mansuétude envers les contribuables, notamment lorsqu’ils feront un mauvais usage du dispositif de modulation à la baisse de leur taux de prélèvement. Une marge d’erreur et un régime unique de pénalités seront ainsi prévus.

DES SIMPLIFICATIONS POUR LES ENTREPRISES
Divers aménagements devraient également être apportés afin d’alléger la charge des entreprises. Ainsi, d’une part, elles devraient récupérer le taux personnalisé de leurs salariés plus tôt. Ce qui leur permettra d’éviter l’application d’office du taux neutre (taux défini par les pouvoirs publics et appliqué aux salariés qui ne souhaitent pas que leur employeur connaisse l’étendue des revenus de leur foyer) aux rémunérations versées lors des premiers mois de la mise en oeuvre du dispositif. Et d’autre part, les sanctions encourues par les entreprises en cas de défaillance déclarative seront revues à la baisse, passant de 500 € à 250 €.

Un mode d’emploi bientôt disponible
Afin d’endosser au mieux leur nouveau rôle de collecteur de l’impôt, les entreprises seront accompagnées par l’administration fiscale. Un « kit » leur sera adressé, qui décrira notamment les différentes étapes qu’elles devront suivre au cours de l’année 2018 afin de sécuriser le déploiement du prélèvement à la source ainsi que les démarches à accomplir en cas de difficultés informatiques.
Haut de page