Accueillir un jeune en service civique

Partager l'article :
Publié le 06 Mai 2019
Catégories : Actualités juridiques, Toutes les actualités
Accueillir un jeune en service civique

Partager l’article

Zoom sur un dispositif qui a séduit 260 000 jeunes depuis sa création en 2010.

Le service civique permet à une association d’accueillir un jeune âgé de 16 à 25 ans (30 ans pour les personnes handicapées) pour accomplir une mission d’intérêt général pendant un an maximum.

Peut engager un jeune en service civique l’association qui est membre d’une fédération agréée par l’Agence du service civique ou qui est elle-même agréée.

Cet agrément est accordé, pour une durée maximale de 3 ans renouvelable, aux organismes à but non lucratif qui, notamment, justifient d’un an d’existence et d’une situation financière saine. Ils doivent également être dotés d’une organisation et de moyens compatibles avec la formation et l’accompagnement des jeunes (nombre de salariés et de bénévoles, moyens matériels, modalités de tutorat…).

L’association propose au jeune une mission d’intérêt général d’une durée de 6 à 12 mois et d’au moins 24 heures par semaine. Cette mission devant présenter un caractère philanthropique, éducatif, environnemental, scientifique, social, humanitaire, sportif, familial ou culturel ou concourant à des missions de défense et de sécurité civile ou de prévention, de promotion de la francophonie et de la langue française ou à la prise de conscience de la citoyenneté française et européenne.

L’association conclut avec le jeune un contrat d’engagement de service civique qui mentionne, entre autres, la mission qui lui est confiée et ses conditions d’exécution (durée, lieu…). Sachant qu’elle bénéficie, de la part de l’État, d’une aide mensuelle de 100 € ainsi que d’une prime de 160 € pour financer la formation civique et citoyenne d’au moins 2 jours (formation aux premiers secours, notamment) qu’elle doit dispenser au jeune.

Le jeune en service civique reçoit de l’État une indemnité s’élevant à 472,97 € par mois (montant majoré de 107,66 € pour, notamment, les bénéficiaires du RSA). Quant à l’association, elle doit lui verser une prestation, en nature (titres-repas) ou en espèces, nécessaire à sa subsistance, à son équipement, à son logement ou à son transport. Son montant minimal est fixé à 107,58 € par mois, quel que soit le temps de présence du jeune.

Attention, un dirigeant bénévole (président, secrétaire général, trésorier) ne peut pas exécuter un service civique au sein de son association.

Mots clés : Actualité Juridique
Auteur : Sandrine Thomas
Date : 2019-05-06 14:00:00

À découvrir également

  • Ce passionné de cuisine nous fait part de sa philosophie de vie à travers les incroyables acrobaties intellectuelles dont il a fait preuve pour continuer à travailler durant la crise sanitaire.
  • La situation de trésorerie des PME et très petites entreprises (TPE) n’a jamais été aussi bonne depuis 2017 tandis que leur volonté d’investir s’est fortement redressée, selon un baromètre trimestriel publié lundi par Bpifrance et l’institut Rexecode. Seuls 20% des 671 dirigeants de TPE et...
  • De nombreuses démarches quotidiennes (achats, réservations, déclarations administratives, etc.) sont désormais réalisables en ligne et s’effectuent sur ordinateur, tablette ou téléphone mobile, via les sites internet, messageries et réseaux sociaux. Si dans la plupart des cas ces outils numériques vous facilitent la vie, leur usage...

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.